21.03.2024

CHR : les futurs jeux olympiques utilisés pour arnaquer les entreprises de la restauration

JO 2024 : vigilance sur les tentatives d'arnaque

Il s’avère que les Jeux olympiques 2024 sont l’occasion pour certains escrocs de mettre en place une nouvelle arnaque dont les entreprises de la restauration sont la cible. D’où une mise en garde de la direction de la concurrence.

Les professionnels de la restauration menacés par un nouveau type d’escroquerie

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) met en garde les entreprises de la restauration contre un nouveau type d’escroquerie.

En effet, des escrocs se servent des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 pour appâter les entreprises de ce secteur et leur soutirer de l’argent.

Plusieurs professionnels du secteur de la restauration ont ainsi été victimes d’une escroquerie dont le mode opératoire est le suivant :

-     des personnes se présentent dans des restaurants ou dans des entreprises de restauration en se faisant passer pour des représentants autorisés de PARIS 2024 et de son prestataire d’hospitalité On location ;

-     les escrocs proposent, en contrepartie de paiements, des prestations labellisées Paris 2024, telles que la location de stands de vente sur les sites olympiques.

En réalité, les prestations sont totalement fictives et il s’agit purement et simplement d’une escroquerie.

Quelques conseils pour éviter l’escroquerie

La DGCCRF demande aux entreprises de la restauration d’être particulièrement vigilantes et, en cas de démarchage de ce type, de ne jamais donner d’informations financières ou d’argent.

Elle les invite également à vérifier l’identité des démarcheurs en contactant les équipes officielles de Paris 2024 par mail via integrityandenforcement@paris2024.org et via On location alertfraud@onlocationexp.com.

Enfin, si une entreprise s’aperçoit qu’elle a été victime de cette escroquerie, il lui reste à déposer plainte auprès de la gendarmerie ou du commissariat de police.

Source : Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, information internet du 28 décembre 2023