Du nouveau dans le paysage de la distribution alimentaire française

Du nouveau dans le paysage de la distribution alimentaire française

Agrandir le text
Diminuer le text
Partager Imprimer
Mots clés  
L’information est passée presque inaperçue mais devrait pourtant faire bouger les lignes dans le paysage de la distribution alimentaire en France.

Un arrêt de la cour d’appel de Versailles du 26 novembre 2015 a, en effet, rejeté six requêtes formées par plusieurs enseignes contre une décision de la CNAC de 2014 autorisant la société Costco France à ouvrir un magasin de 12 000 m² dans l’Essonne.

Deuxième enseigne de distribution mondiale derrière Walmart, Costco (pour « Cost Control »)  offre un modèle en rupture avec les formats existants sur notre territoire avec une offre limitée d’environ 3 500 références sur une surface de 12 à 14 000 m², uniquement sur des produits de marque et dans de gros conditionnements spécialement négociés par l’enseigne avec les fournisseurs.

L’enjeu du modèle est de proposer des prix jusqu’à 30% inférieurs au prix des autres enseignes, moyennant une cotisation annuelle payée par les clients-membres, inférieure à 100 Euros, vite rentabilisée au regard du panier moyen qui, aux USA, atteint les 180 Euros.

Chez Costco, pas de scénarisation de l’offre, les magasins ont l’allure d’immenses entrepôts. Le modèle repose sur des coûts de structure et de publicité réduits, une offre multi-canal identique (magasin et web) et une marge ne dépassant jamais 15%.

L’offre alimentaire, environ 50% du chiffre d’affaires, est complétée d’une offre non alimentaire et de services très vaste, régulièrement enrichie d’offres promotionnelles exceptionnelles allant de la bijouterie de luxe aux instruments de musique, en passant par le voyage, la voiture ou la maison

Enfin, le modèle commercial se double d’un modèle social. Il s’est différencié aux USA par une rémunération de ses employés largement supérieure à celle de ces concurrents, l’attribution d’avantages sociaux renforcés, et la répartition aux salariés d’une part significative des résultats moyennant un dividende aux actionnaires de l’ordre de 2%. Le contexte social français est certes différent, mais l’approche sociale du groupe demeure un élément clé de sa stratégie qui a démontré par ses résultats et sa capitalisation boursière qu’elle ne constituait pas un frein au développement et à la profitabilité, bien au contraire.

Déjà présent au Royaume Uni avec 20 clubs-entrepôts et en Espagne depuis 2014, l’enseigne ambitionne d’ouvrir en France 10 magasins dans les années à venir en privilégiant les grandes villes et l’Ile de France. Le premier devrait ouvrir fin 2016 ou début 2017, tout près de l’hypermarché Auchan de Vélizy (17 000 m²), en région parisienne, et venir ainsi se confronter à l’un des acteurs majeurs du modèle de la distribution de détail à la française.