Transport aérien : faire une sieste pendant le temps de travail peut constituer une faute grave

Transport aérien : faire une sieste pendant le temps de travail peut constituer une faute grave

Agrandir le text
Diminuer le text
Partager Imprimer
Mots clés  
Interrompre sa mission professionnelle de manière intentionnelle pour prendre un repos immérité est constitutif d'une faute grave.

Nota : nous aurions pu classer cet article dans notre rubrique sociale.

Dans cette affaire un sapeur pompier professionnel, affecté à la sécurité d'un aéroport et devant être en mesure de répondre à tout moment à un appel des contrôleurs aériens ou autres, s'était confortablement installé dans son camion, en position demi-allongée et avec les écouteurs de son téléphone portable sur les oreilles.

Surpris dans cette posture pour le moins inadéquate, il est licencié pour faute grave.

L'intéressé conteste la motivation du licenciement, arguant que son assoupissement serait la conséquence d'une surcharge de travail.

Les prudhommes puis la Cour d'appel rejettent cette argumentation, la position physique dans laquelle il a été retrouvé démontrant qu'il ne s'est pas inopinément assoupi.

En outre de par la nature de sa mission de sécurité, le licenciement pour faute grave en est d'autant plus justifié pour les Juges.

Source : CA Bordeaux du 17 mars 2016.