Gestion de patrimoine : généralités sur la clause bénéficiaire

Gestion de patrimoine : généralités sur la clause bénéficiaire

Agrandir le text
Diminuer le text
Partager Imprimer
Mots clés  
La clause bénéficiaire dans les contrats d’assurance-vie ne peut pas être rédigée à la va-vite.

Rappel : l'assurance vie permet de transmettre un capital aux bénéficiaires de votre choix, dans des conditions fiscalement intéressantes. Encore faut-il que les bénéficiaires puissent être parfaitement identifiés !

La loi Eckert a renforcé les mesures destinées à lutter contre la déshérence des contrats d'assurance vie. L'idée est de s'assurer que les capitaux soient attribués à leurs bénéficiaires le plus tôt possible.
En outre depuis le 1er janvier 2017, le site internet www.ciclade.fr permet aux bénéficiaires potentiels de rechercher gratuitement les sommes issues d'assurances vie et de comptes inactifs transférés à la Caisse des Dépôts.

On comprend mieux l'intérêt de rédiger soigneusement la clause bénéficiaire de son contrat d'assurance vie au moment de sa souscription. Ensuite il ne faut pas manquer d’informer votre assureur de tout changement de cette clause ou d'un événement majeur tel que : un nouveau conjoint, un nouvel enfant, etc.

Une clause standard vous est généralement proposée par les compagnies d’assurances. Votre conseiller peut également vous accompagner dans la rédaction d'une clause adaptée à votre situation spécifique.

La rédaction de la clause bénéficiaire colt être précise :

  • Vous destinez votre épargne à l'ensemble de vos enfants : désignez-les par la formule « mes enfants nés ou à naître ».
  • Vous désignez un bénéficiaire par son nom : déclinez son identité complète (nom prénom), ses date et lieu de naissance (avec le code postal) et si possible sa dernière adresse connue.
  • Mettez cette clause à jour dès que nécessaire.

Article réalisé en partenariat avec Stratégie Capital.