TVA : transfert des missions de centres de formalités des entreprises des services des impôts des entreprises

TVA : transfert des missions de centres de formalités des entreprises des services des impôts des entreprises

Agrandir le text
Diminuer le text
Partager Imprimer
Mots clés  
Une nouvelle réorganisation (simplification ?) juridique !

Les Services des Impôts des Entreprises (SIE) étaient également Centres de Formalités des Entreprises (CFE) destinés à recevoir les dossiers des assujettis à la TVA, à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ou des bénéfices non commerciaux ou à l’impôt sur les sociétés dès lors que ceux-ci ne relèvent pas des CFE autres (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Chambre de l’Agriculture, URSSAF...).

Les compétences de CFE qui appartenaient jusqu’alors aux SIE ont été transférées aux CFE suivants :

  • CFE des URSSAF : vendeurs à domicile indépendants, chauffeurs de taxis locataires de leur véhicule professionnel, artistes auteurs ;
  • CFE des chambres d’Agriculture : loueurs de cheptels, exploitants forestiers pour les seules activités forestières situées dans le prolongement ou ayant pour support la production de bois, bailleurs de biens ruraux, loueurs de DPU (droits à paiement unique à assujettis à la TVA ;
  • CFE des greffes des Tribunaux de commerce : personnes exerçant leur activité sous la forme juridique de groupements avec ou sans personnalité morale (sociétés en participation, indivisions, associations, fiducies, copropriétés de navires), loueurs en meublé individuels on inscrits au RCS, loueurs individuels de biens meubles non inscrits au RCS tels que loueurs de wagons et loueurs de fonds, quirataires de navires.

Les SIE n’auront donc plus qu’une compétence résiduelle en qualité de CFE pour les domaines suivants :

  • les loueurs de locaux nus commerciaux ou professionnels qui optent pour la TVA et dont les loyers entrent dans la catégorie des revenus fonciers ;
  • les entreprises étrangères communautaires n’employant pas de salariés sous régime social français et sans établissement stable en France (compétence de la Direction des résidents à l’étranger et des services généraux), ainsi que les entreprises non communautaires assujetties et inscrites par un représentant fiscal.

Source : BOFIP actualités 7 octobre 2015 (http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9139-PGP).